vendredi 25 septembre 2020

RAF SI MONSTRE ET LA PRADA FAMILIA

L’homme, qui n’aimait pas les femmes, continue à nous imposer son non-talent et cette fois-ci chez Prada. L’homme aux mille loupés, le calviniste de la mode vient de signer une nouvelle collection de comptable architecte qui reste la matérialisation biologique du Designer créé par Didier Grumler, une savante mutation génétique de très peu de talents, un soupçon de rien, et beaucoup d’arrogance. Bienvenue dans le monde merveilleux du prince, mais celui des ténèbres de la mode.

Il est comme La Fontaine. Sa couture est affable, et à par son diplôme d’architecte, le seul de mode qu’il possède, est celui de son « examen d’urine » suite à la Covid-19. Non seulement, l’observation est superficielle, les arguments démodés, la narration commune et dépourvue de caractère, et le réalisme inexistant, mais le « mètre » est descendu au fond de l’abîme pour Prada se transformant en « Armageddon » de la mode, et comme Attila, là où il sévit plus rien ne recoud. « Coût usurier » des pauvres et des céphalo-abstinents, styliste d’astreinte, la seule chose qui nous a marqués, ce n’est pas le pupitre mais le pitre que Miuccia Prada écoute avec intérêt.

jeudi 24 septembre 2020

ANTOINE ET DIEU CRÉA LA FEMME


Le couple, non pas moins anonyme, et qui a deux fils hors mariage, s’est marié la semaine dernière. Antoine, fils du Seigneur et le mannequin russe Natalia « Vodia pas vraiment nova » ont organisé une cérémonie civile à Paris. Comme quoi les filles maigres comme des clous rendent marteau ! Après que leur projet de mariage initial ait été reporté, à cause de la pandémie, les deux tourtereaux éviteront ainsi toute polémique sur les bouteilles de Château Yquem à 1 200 euros qui avaient été servies aux invités pour le mariage de sa soeur. Il n’y aura pas de « Breakfast at Tiffany » n’ont plus !

La belle russe a annoncé cette nouvelle lundi sur Instagram, en publiant une photo du couple sortant de la mairie du 16ème arrondissement de Paris avec la mention « Oui ». Tunique blanche ceinturée sur une jupe mi-longue de chez Dior, tandis qu’Antoine portait un costume bleu marine et une cravate bleu pâle de la maison Bironi. Nul n’est prophète en son pays. Le couple a deux fils, Maxime et Roman. Antoine avait initialement prévu de se marier avec Natalia en juin alors que l’on parle toujours de sa grande Clémence. Allez savoir pourquoi ?

mercredi 23 septembre 2020

SUKEINA OUTSIDER 2021

Omar spent his childhood traveling and living throughout Europe. Initially believing that words were the best way to communicate with the world he started studying film but later realized that he could tell more intricate and vibrant stories through fashion. “Clothing is a language within itself,” he says. Omar graduated from Parsons School of Design with a degree in fashion. In 2001, he started working for Sonia Rykiel in Paris and became Visual Director for the New York City office. He spent seven years with Madame Rykiel fostering a meaningful relationship with the designer. In 2010, he joined Christian Lacroix and spent two years with the house.

In 2012, the designer established his own fashion house called SUKEINA after his late mother, meaning “bright light.” “Light is what reconciles us with the value of everything, and without it, all goes missing,” the designer says. Omar’s passion for making women look and feel special along with a unique worldview shaped his approach to fashion in a way that is progressive, innovative, and powerful while still elegant.

lundi 21 septembre 2020

LES PIEDS DANS L’HERBE

Dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 juillet 1978, vers trois heures du matin, une jeune femme blonde, pieds nus, en peignoir, un bébé de trois mois dans les bras arrête une patrouille de police dans une rue de Vanves : « Mon mari a été tué, à la Tourelle, venez-vite ! La Tourelle était un restaurant gastronomique chic de Vanves où François Doublet, ancien cuisinier de l’Elysée opérait du temps où Georges Pompidou transformait la France de René Coty.

Une maison Ile-de-France, qui fait partie du patrimoine architectural de la région, construite entre les années 1880 et 1930 par un riche parisien souhaitant profiter de la campagne. Vous l’aurez compris, BB, comme Bien Boire, c’est notre CC (coup de cœur) du moment : un délicieux mélange dans le grand Paris en devenir, une déco intelligemment pétillante avec une subtilité italienne. Une blonde au sourire dévastateur vous accueille, à elle seule le charme, la beauté et la gentillesse réunie. Elle se nomme  Cassandra  comme la fille de Priam et d’Hécube et dont la soeur jumelle Hélénos était la plus belle femme de la Grèce Antique.

vendredi 18 septembre 2020

MOURET ÉGOÏSME, MOI DE 365 JOURS

Un miracle pour celui qui est né à Lourdes ! Roland Mouret est le deuxième partenaire du lancement de Luxury Stores et la première marque britannique indépendante à rejoindre Luxury Stores d’Amazon. Savent-ils qu’il n’avait fait que trois mois au studio Berçot pour un « apocalypto » général de son cursus.  Celui-ci est parti vivre à Londres et, depuis il cultive toujours la haine du Français, cette haine insondable et irrépressible d’un ancien mannequin devenu créateur grâce au Harper’s « Hazard ».

Après qu’Oscar de la Renta ait annoncé sa participation au nouveau projet de luxe d’Amazon, voilà ce fils de boucher végan et qui, pourtant, est fan de la société « Astek », déclare que sa nouvelle alliance avec le géant du numérique lui rappelait une autre grande décision qu’il avait prise il y a deux décennies, rejoindre le site de commerce électronique Net-a-porter, et ainsi devenir, le  virtual must des Quartiers.

mercredi 16 septembre 2020

UNE TRUFFE DANS LE MARAIS

Pendant des siècles, la truffe a été bannie de toutes les tables, et interdite durant tout le Moyen-Age. Un champignon noir, sous-terrain naissant avec la foudre, cela suffira à la Sainte Inquisition pour l’interdire. La truffe était « aussi noire que l’âme d’un damné » ! C’est François 1er qui la réintroduit à la cour, elle sera présente à tous les repas, et retrouve ainsi ses titres de noblesse. Elle devient le diamant noir et un produit de luxe sous Louis XIV, la Montespan la considérant même comme un aphrodisiaque et en faisait consommer à Louis XIV lorsque celui-ci mollissait.

Il est vrai que, dans la mode, des truffes nous en avons toute l’année et ils ne sont pas vraiment comestibles, mais celles dont je parle, sont celles de « L’Artisan de la Truffe », situé entre la rue Rambuteau et la rue des Archives.

Vous l’apprécierez dans des œufs brouillés ou dans le caramel donné avec le café. C’est 100 % truffes avec une décoration sobre et élégante, un restaurant design, épuré à l’italienne, comme un hommage à ce produit d’exception. Tuber melanosporum du Périgord, truffe blanche du Piémont, tuber estivum d’été, la truffe règne, sans partage, parfait pour un dîner en amoureux sans devenir un Ultracrepidarianisme.

mardi 15 septembre 2020

NO BREAKFAST AT TIFFANY’S

Dans une grande salle de convention, le magna du luxe Français, chemise blanche et costume bleu roi, « un signe », ouvre le séminaire annuel de « Louis Vison Mouette and Psy » qui réunit les cadratins du premier groupe de luxe mondial venus de toute la planète. Chronique d’une journée de l’homme, le plus puissant de la planète, qui formate nos rêves : enfin des autres. Même au sommet, le propriétaire voit tout, contrôle tout, surveille tout… Soudain, un homme arrive prestement des coulisses, monte sur la scène et glisse un petit mot au « Polie Techni Chien » que celui-ci regarde du coin de l’œil sans rompre le fil de son discours.

Sur le bout de papier, que lui tend son chauffeur, en charge également de sa sécurité, il lit : « Appelez votre secrétaire de toute urgence ». Le patron mesure aussitôt que quelque chose de grave s’est produit. Ces consignes sont, en effet, strictes et toujours respectées : il ne doit jamais être dérangé sous aucun prétexte, et seuls sa secrétaire et son chauffeur ont son numéro personnel.

En continuant son discours, il pense à ses enfants et à un enlèvement comme la famille Peugeot. Il vit dans la crainte que quelqu’un vienne briser le rêve qu’il a construit pas à pas avec l’argent de son grand-père. Il finit son discours et décroche son Iphone X – normal pour un Polytechnicien. Pardonnez-moi de vous déranger lui dit-elle, d’un ton un peu apeuré mais je vous appelle pour vous donner une nouvelle importante : « les auditeurs, qui travaillent actuellement sur les chiffres de Tiffany, viennent de découvrir un loup. » Le Magna pense tout de suite à l’affaire Coty qui venait de racheter la société de parfums « Jenner » l’une des Kardashian et qui avait bidonné ses chiffres pour vendre plus cher que de raison ; pratique qui est usuellement utilisée aux USA.

vendredi 11 septembre 2020

JE VÉGÈTE A RIEN


Paris est divisé en deux catégories : à l'Est, les bourgeois-bohèmes appelés plus communément les Bobos et à l’Ouest, les Bonobos. Ce Paname est un grand cercle avec des arrondissements en forme d'escargot, et c'est probablement pour cela que l'on en bave un max. Dans la mode, on en bave aussi, mais celle-ci est celle du crapaud, et les nombreux Vegans ne se rendent pas compte qu'ils vivent dans une profession remplie d'animaux : Il y a des blaireaux, des requins, des lapins (je ne vous fais pas un dessin), des maquereaux, des poules mouillées et des gros porcs, que je n’ai jamais balancé car moi j’ai le respect "d'eau truie".

Dans cette profession, tout va de "pie en pie", oh la vache, et tout part à "veau-lo". Je suis Vegan dans la mode et, pourtant, ma voisine défend la civilisation "à steak". Allez comprendre pourquoi ? Il est vrai qu'avec ses deux implants mammaires monstrueux, elle mange très sain, vraiment très très "sein". Cette bimbo pense probablement que quand on est Vegan, on se fait trifouiller beaucoup plus souvent la botte ! Je lui conseille de se faire hospitaliser au CHU d'Orange. Normal, car compte-tenu de son cerveau, elle n'est pas à l’abri de finir comme un légume. Bref, il vaut mieux être sur la planète "Végète à rien".

mercredi 9 septembre 2020

FILTRE A INTELLIGENCE DE MODE

Je parle ici des rêves bleus que font les demoiselles, laissant leurs yeux sur un lac d’argent tournoyer pour éventer de leurs ailes le désir qui couve entre leurs bras. Portant leur habit du dimanche, arrivant par vagues pour coloniser peu à peu les rangs de la Haute Couture, finissent par ressembler à un sépulcre, plus qu’à un négus. Quelques gazelles qui sautent dans les couloirs des Palaces de Paname que l’on pourrait chasser à foison avec seulement une carte de crédit noire « Black Carder live », et ainsi faire couler leur séant de biche sur la moquette blanche d’une suite présidentielle.

Quelle volonté avait ordonné l’invention de ces formes si sophistiquées de donzelles toujours plus ingénieuses et toujours plus distantes pour se faire remarquer, et à mesure que les minutes s’écoulaient sur ma Tag Heuer, cette marque que j’adorais bien avant que le Seigneur des Arnault rachète cette maîtresse de mon temps.

Le sang aux joues de ma voisine se fait moins rouge, apportant à son visage une pâleur plus que de circonstance, comme le délice d’une âme emprisonnée derrière des convenances. Celle-ci serait-elle la maîtresse de cérémonie avec son sac Hermès ? Elle glisse comme si elle avait, à elle seule, été la première à venir dans une présentation de Haute Couture bien avant Suzy Menkes et Ebe Dorsay, qui expliquaient que ce n’était pas la beauté de la femme qui ensorcelle, mais sa noblesse, bien que la Ebe n’était pas celle qui était la plus pertinente pour en parler.

lundi 7 septembre 2020

LA BOURSE DE COMMERCE DES MUSÉES


Le milliardaire François Pinault a décidé de repousser au printemps 2021 l'ouverture de son musée situé dans l'ancienne Bourse de Commerce rénovée par l'architecte Tadao Ando. Il est l'un des plus célèbres architectes japonais, qui avait déjà réalisé le Palazzo Grassi, est à l'origine de ce nouveau musée qui devait être inauguré fin juin, juste un peu avant le démarrage du projet du Seigneur des Arnault non loin de là. Achevé le 9 mars, les ouvriers étaient occupés à mettre la dernière main aux locaux lorsque la France est entrée en quarantaine le 17 mars.

La Bourse de Commerce était une ancienne halle aux blés, accessible depuis le bord de Seine, et qui fut créée en 1763. Un ancien stockage de blés pour le futur Musée du prince de Venise, un bien bon présage ! Conçu par Nicolas Le Camus de Mézières, celui-ci construit sur un plan circulaire, ne fera pas tourner en rond le propriétaire du Palais Grassy. Autrefois, l'Hôtel de Soissons appartenait, au début du XIIIe siècle, à Jean II de Nesles, et celui-ci n'ayant pas d'héritiers, le céda en 1232 à Saint Louis, qui l'offrit à sa mère, Blanche de Castille, pour en faire sa résidence.

vendredi 4 septembre 2020

UN HOMMAGE UNE POMME LGBT


Le logo Apple est certainement l’un des logos les plus forts et reconnaissables au monde, et pourtant peu de gens connaissent réellement son origine. Comment la représentation d’une simple pomme croquée a su traverser les générations et rester aussi évocatrice de la marque qui lui est associée. Mystère, mais le choix de ce logo n’est pas anodin, en tout cas pour les fondateurs de la fameuse “marque à la pomme“. Un hommage au père de l’informatique ?

Alan Turing, vous connaissez ? Ce mathématicien anglais du 20è siècle n’est autre que l’homme à l’origine du décryptage du code secret de l’armée nazie, généré par la fameuse machine « Enigma » grâce à laquelle les nazis envoyaient des messages codés pendant la seconde guerre mondiale. Un film d’ailleurs excellent lui a été consacré « Imitation Game ». C’est probablement, grâce à lui, que les alliés ont gagné la bataille de l’Atlantique, et plus généralement celle contre le nazisme. Rien que ça ! Mais, Alan Turing est aussi considéré comme l’un des inventeurs de l’informatique et de l’ordinateur.

mercredi 2 septembre 2020

LE MIEL DE TRISKELL

Quand j’ai ouvert le pot ce matin, le parfum des fleurs nectarifères vient voler autour de moi comme des Elfes en folie. Je caresse l’effluve douce des vacances de retour dans ma mémoire olfactive qui subitement enchante mes narines. Puis, je plonge la cuillère dans ce nectar si poétique, comme un trésor onctueux et doré aux fleurs des prés du domaine de Triskell. En tombant sur ma langue, il embaume mon palais comme le ferait un tableau de Vincent Willem van Gogh dans mon esprit. J’inspire profondément en fermant les yeux afin de savourer le souvenir de cette visite d’amis au grand cœur qui ressemble tellement à la douceur de leur miel.

C’est un un feu d’artifice de couleurs et de senteurs dans ma bouche, et me voici au milieu d’un pré du domaine de Triskell. Je vois la valse de ces demoiselles, habillées de leurs robes jaunes et noires, qui butinent du matin jusqu’au soir les milliers de perles d’espoir déposées sur les pistils du domaine.

mardi 1 septembre 2020

MAISON LAVOINE ET A LA VAPEUR

C’est le décor d’un cabinet de curiosités postmoderne qui vous fait les « Yeux Revolver » pour Bobos Parisiens friqués et qui ne manquera pas d’éveiller la vôtre. Table intime et confidentielle que nous vous recommandons pendant la Covid-19. Vous déjeunez dans la boutique dans un espace pensé, comme à la maison. Miraculeusement chaleureux, lumineux et signé Sarah Lavoine avec un nuancier de couleurs du vert au bleu en passant par le noir, c’est ultra parisien et non pas à « titi-pique » mais surtout pas de touriste de l’Empire du milieu à l’horizon, seuls passent par ici les connaisseurs. En effet, il faut connaître le restaurant car il a deux entrées, une place des Victoires pour les gens de mode, et l’autre 6, place des Petits Pères, qui eux ne sont pas du peuple.

Lavoine nous nourrit non pas de graine, et se démarque de tous ces néo-bobos cuisiniers ou rien ne sonne vrai. Ici rien n’est forcé, tout est d’une simplicité honnête et durable, et seul l’onglet mariné de bœuf et la tarte au chocolat sont à la mode. Une pause déjeuner au rez-de-chaussée d’un concept store imaginé par David Lanher et Quentin Domange, London Brexit oblige, avec des produits frais et de saison, qui feraient rougir « le Corps abusé » archi Tecturé.

jeudi 27 août 2020

BONDAGE CHIC OU LA FEMME A RÉGNER


Toutes les chutes sont mauvaises... sauf les chutes de reins ! Et donc après le porno chic, le bobo chic, le sado-maso chic, une nouvelle tendance apparaît : le bondage chic ou le concept de la femme à "Tâcher". La mode se réinvente toujours par ses déviances ! La question est : pourquoi les grandes tendances sont-elles toujours liées au sexe, à l’alcool et à la drogue ?

Quand l'on peut voir des clous et des chaînes sur des blousons en cuir, et quand les mannequins prennent des poses suggestives pour vendre toujours plus de viandes "BIO" et de parfums de maraud, des chaussures comme des appendices masculins chez Moderato, vous pouvez penser "là où il y a de la chaîne il y a du plaisir".  Toi Hard, moi Sado, nous Bondage… Les gourous de la profession ont remis la sexualité au centre de leur image où ils ont attaché leurs fantasmes. On peut voir des femmes harnachées de cuir et des femmes masquées comme la Guanyin aux 1000 bras qui signifie « celle qui écoute les pleurs du monde ». Osez, il en restera toujours quelque chose, et les grands couturiers, qui ont une clientèle très restreinte, ont l’envie de faire porter à leurs clientes une laisse autour du cou pour que les égéries soient attachées à la marque.

mercredi 26 août 2020

UN NIGERIAN DE LAGOS POUR KARL


En hommage à son fondateur pour ses collaborations surprenantes, Kenneth Ize a concocté une collection capsule pour le prince de Hambourg. « L’étendue du travail de Karl m’a beaucoup inspiré, et c’est un honneur de travailler avec la maison qui porte son nom » a déclaré Ize, en communiquant d’abord les détails du projet JMZ. « Notre vision est de combiner l’esthétique chic parisienne de Karl avec des éléments de l’art africain traditionnel ».

Ize a fait un tabac (seulement un bureau pour moi) avec ses débuts officiels à la Semaine de la mode de Paris en février dernier, lorsque Naomi Campbell a clôturé son défilé, suscitant ainsi une sensation dans les médias « asociaux ». Né à Lagos, au Nigeria, et élevé en Autriche dès l’âge de 4 ans, la créateur avait déjà participé à la semaine de la mode de Lagos et s’est fait connaître sur la scène internationale en tant que finaliste du Prix LVMH des jeunes créateurs de mode en 2019. Un vrai gage de création !!!

La capsule Ize ne sera disponible que dans certains magasins Karl Lagerfeld et sur Karl.com en avril 2021, mais le projet est en gestation depuis plusieurs mois. « Kenneth partage la vision de Karl Lagerfeld en matière d’innovation, de savoir-faire, de qualité et d’authenticité. Nous sommes très impatients de lancer cette collection de capsules », a déclaré Pier Paolo Righi, directeur général de Lagerfeld. Un nigérian managé par un italien, pour interpréter la marque toute germanique du créateur !!! Pourquoi pas ?

jeudi 30 juillet 2020

CÉLINE PAS TIK COMPLÈTEMENT TOK

C’est sur la plateforme TIkTok que, chez Céline, Hedi Slimane, le « Clubinard », nous raconte son histoire des années 80 après nous avoir raconté la saison dernière celle des années 1970. Plateforme qui ne compte seulement qu’environ 5 000 spectateurs, et sur laquelle nous avons pu suivre en direct son défilé printemps-été masculin, avec des mannequins qui se promènent sur une ancienne piste de course automobile près de Marseille, probablement cause : proximité des vacances oblige.

mardi 28 juillet 2020

MON PÈRE AVAIT RAISON !

Mon père avait raison ! Non, ce n’est pas une pièce de Sacha Guitry, mais la raison du grand Jacques, président des Métiers d’Art entre autres, et qui avait compris, avant tout le monde, que ces métiers étaient essentiels et indispensables à la survie de la Haute Couture ! Seul, il l’était, contre les Pierre Saint Laurent, Yves Berger, et Didier Grumler & Cie qui se sont toujours farouchement opposés à cette vision.  Au final : « Mon père avait raison… »

Et voilà, que la Covid-19 vient appuyer sa raison. Après cette Fashion Week de Paris, la mode démontre que les Métiers d’Art sont intemporels et nécessaires à la survie de cette exception culturelle à la française. Ils sont à eux seuls le contre-pied de ces jeunes incultes qui ne savent rien faire et qui ont un avis sur tout et surtout un avis, alors qu’ils ne sont que des conseillers véreux de grands groupes Américains, grands ordonnateurs d’idées de circonstance. Métiers d’Arts comme un contre-pied à ces bimbos ayant le culte de Narcisse et dont la mode ne les intéresse seulement parce qu’elle renvoie le reflet du miroir de leur vanité.

lundi 27 juillet 2020

LES BRAS M’EN TOMBENT…

Ils doivent souvent frémir les traîtres au frottement de la soie de Canovas, et se dresser altiers et tremblant sous la fibre protéique. Inexplicablement (pour ceux qui ne connaissent pas Newton), la gravité les entraîne souvent dans une chute vertigineuse. Aux premiers jours, ils se lèvent gonflé de sèves et d’hormones dus à leur jeunesse. Souvent je suis subjugué de ces fruits, qui sont toujours en couple. Je m’abreuve du désir ou de la poésie de pouvoir les regarder se balancer muée par leur lourdeur naturelle qu’ils s’imposent.

Pour certaines femmes, les voici pointus comme des obus que Maître Pitanguy, gonflé de tout son orgueil, transforme. Des Vénus, en beauté jumel-aire, qui armées de ces deux obus, métamorphosent les douces muses en canon. La femme abandonne le soutien-gorge nous dit-on ! Alors, adieu saveur exquise de la poire que seul un ciboire peut presser pour sa pulpe. Mais, bonjour œufs cuits sur le plat ou gants de toilette ou de cuisine, c’est selon, qui vont parcourir les rues de Paname. Pourtant, quoi de plus beau que le corsage de Sorbier rembourré de l’éclat d’un téton, afin de faire deviner aux amants futurs, cette auréole divine.

mercredi 22 juillet 2020

BLACK MATTER ET CHAMPS DE COTON

Voilà le paysan provençal, couturier de son étoit, et qui, dans sa collection, nous donne pour le « Black Matter » sa propre définition : les filles des Maîtres dans les champs de coton qui sont aujourd’hui devenus des champs de blé. Sorte de Mississippi Burning, dans le songe de Django, pour la défonce des Afro-Européens. Et, les Marseillais, on le sait, la plupart du temps, dans les stades de France, éructent des bruits incongrus de singe à l’arrivée de Pogba et Consorts. Pourtant, s’ils savaient que depuis Toumaï, l’Homo erectus était noir ; Homo erectus un nom qui devrait exciter notre couturier préféré.

Un champ de blé pour « j’amuse » la galerie, mais surtout, prendre une posture de circonstance, car, à la vision du team de Jacquemus : aucun black ! C’est blanc comme ses robes de plage ! On veut bien surfer sur la vague de l’indignation contre le racisme, mais on n’en veut pas chez soi. Cela laisse des traces noires sur les tissus blancs.

Voici le créateur du prêt-à-poser de l’Occitane ; sorte de « Geiger » des pauvres. La gloire de son père dans les Alpilles qui se transporte dans les champs de blé de sa grand-mère pour une empreinte carbone maxi en déplaçant des journalistes à l’autre bout de la France. « Bonjour la taxe Macronne ! » Les autres couturiers, « les vrais eux » sont confinés dans le Paris « des champs de Masques », au pied de la Tour Eiffel. Le garçon de la « Porte » ouverte est un poète cocasse. Il se « congra-cul-le » de sa roublardise, et serrant les mains par couple de trois, les uns coiffés de lauriers de paille et les autres avec la satisfaction d’avoir rameuté la foule porcine des Parisiens dans les terres de Jean Giono.

mardi 21 juillet 2020

ACT NAIN L’HORREUR EST HUMAINE

Voilà, sans aucun doute, un semblant d’essai de création pour attirer l’attention sur une couture qui n’en vaut pas la peine. Une copie de « jacque-anus » accouplée à Guo Peï, pour une confrontation entre la force du désir et la fragilité technique, adossée à l’horreur physique, mais il est vrai que l’horreur est humaine. Comme le bréchet de certains oiseaux charognards, on imagine le clapotement d’un égout servant de déversoir, qui s’éparpille dans une gerbe de gouttelettes et qui s’accroche à la pasta milanaise d’un morpion sur le pubis de Minerve.

Label fondé par Luca Lin et Galib Gassanoff en 2016 à Reggio Emilia en Italie, il faut se demander si cette collection est le résultat de  l’inspiration d’un labeur qui travaille comme un muscle ou d’un effort continuellement renouvelé et entraîné. Les couturiers du « bluff sur le moi », enragés du laid, non pas par nature, mais par un entraînement rigoureux, fixateur personnel du goût des autres, nous imposent l’image d’une bourgeoise sortie du ruisseau qui n’a jamais connu Flaubert.